• Myriam Perrozet

Grossesse - naissance - 1ers mois de vie : soutenir le bébé dans son développement

Mis à jour : juil. 20

La manière dont est vécu la grossesse, la façon dont la naissance va se dérouler, l'attention, l'amour et les soins qui seront prodigués à l'enfant les 1ers mois de vie sont fondamentaux pour son développement.


Dans cet article retrouvez quelques conseils pour soutenir le développement de votre bébé.





LA GROSSESSE


Tout ce que la maman vit en termes d'émotions agréables ou désagréables est ressenti par l'enfant, et ces expériences sont enregistrées au coeur de son cerveau (au niveau de l'amygdale cérébrale). C'est ce qui va constituer sa mémoire inconsciente.


Les reflexes archaiques


Lors de la grossesse plusieurs réflexes archaïques (mouvement involontaire et inconscient du corps en réponse à un stimulus) émergent dont le Réflexe de Paralysie par le Peur (RPP) et le réflexe de Moro.


Le RPP, qui émerge à 5 semaines de grossesse, aide l'individu à figer lorsqu'un stress trop important se manifeste. Tous les rythmes biologiques ralentissent, et ceci aide le bébé à se préserver et engager sa survie. Lorsque la maman vit un stress prolongé durant la grossesse, le RPP va s'activer (phase normale de développement) et perdurer (moins "normal"), ce qui va avoir un impact sur le développement du système nerveux de l'enfant et également sur l'activation des autres réflexes (ex Moro).


Les conseils pendant la grossesse


Il est donc vital que la maman soit préservée le plus possible de toute forme de stress de manière à ce que l'enfant puisse grandir dans les meilleures conditions.


Il est recommandé également pour la maman (dans la mesure du possible) de garder une bonne activité physique, de manger équilibré (et si possible exempt de produits toxiques - toutes formes de pesticides -), de prendre garde à la nature de ses pensées (1er facteur d'acidose), et de faire attention à toute forme de perturbateurs endocriniens :


- les produits ménagers :

qui contiennent des molécules de synthèse non assimilables par le corps humains. Certains de ces produits sont considérés comme cancérigènes. Préférez le vinaigre blanc et le bicarbonate de sodium.


- Les appareils Micro-ondes :

qui produisent des fréquences qui changent la structure atomique de la matière et notre système digestif se met en mode défensif car il ne reconnait pas les molécules.


- Le WIFI :

qui sont des ondes contre nature par rapport au bon fonctionnement du corps humain, elles créent des perturbations au niveau de notre système nerveux.


- La caséine

qui sur-stimule le système immunitaire. Notre système digestif n’est pas adapté pour assimiler le lait animal.


- Le gluten

Sègle Avoine Blé Orge Epautre

qui endommage la paroie intestinale + suractive le système immunitaire


- Les additifs alimentaires

SUSPECTS recherches en cours

125 - 131- 141- 142 - 150 - 153 - 171- 172 - 210 - 213 - 215 - 216 - 217 - 231 - 232 - 241 - 338 - .340 - 341 - 460 - 462 - 463 - 465 - 466 – 477


TOXIQUES - CANCERIGENES

102 - 110- 120 - 123 - 124'- 127- 211- 220 - 225 - 230 - 250 - 251 - 252 - 311 – 330 (le plus dangereux) - 407 - 450.


SYMPTOMES ADDITIFS

Perturbations intestins E 221 - 222 - 223 - 224 - 226


Derme (peau) E 220 - -231 - 232 - 233

Perturbations digestion E 330 - 339 - 340 - 341 - 400 - 461 - 463 - 466 - 467

Calculs rénaux E 447

Produits dangereux E 102 -110 -120 -124- 127

Destruction vitamine B12 E 200

Accidents vasculaires E 230 - 251 - 252

(dans la charcuterie)

Cholestérol E 320 - 321

Sensibilité cutanée E 311- 312

Aphtes E 330

Digestion E 407 (crème glacées)

Produits cancérigènes E 131 - 142 - 210 - 212 - 213 – 214


A EVITER

Bonbons « La PIE QUI CHANTE » - PICAN - COCA COLA


A FUIR

BANGA - Canada DRY - SCHWEPPES - Fromage LA VACHE QUI RIT - Moutarde

AMORA - Certaines limonades et tous les produits qui contiennent l'additif E 330




LA NAISSANCE


La "né-sens" fait partie de la construction fondamentale de l'être humain. Suivant les conditions qui lui seront proposées elle sera vécue de différentes manières par l'enfant et sera le support sur lequel il envisagera ensuite sa réalité. En effet la relation qu'il aura aux autres, son appréhension au changement, sa notion du temps ou par exemple d'être à l'heure/en avance/en retard à ses rendez-vous, sa capacité à affronter les défis, à avancer dans la vie etc... dépendront beaucoup de la façon dont l'enfant a perçu sa naissance.


Privilégier une naissance physiologique (lorsque cela est possible)


Lors du passage dans le canal utérin 28 réflexes archaïques s'activent pour participer pleinement au développement moteur, émotionnel et cognitif de l'enfant.

Il est donc préférable (lorsque cela est possible) d'envisager un accouchement le plus physiologique possible :

- lumière tamisée

- accouchement vécu dans l'intimité : présence du père (éventuellement des frères et soeurs) et d'une sage femme (discrète)

- pas d'analgésique (péridurale par exemple) car cela impacte l'activation des réflexes, et le niveau d'activité de l'enfant dans son processus de naissance (voir plus de détails dans un prochain article)

- ne pas couper le cordon ombilical avant 2 ou 3h en moyenne, le temps que le bébé s'aclimate au milieu gazeux (cela évite l'hypoxie)

- rester peau à peau et les yeux dans les yeux avec l'enfant les 2/3 premières heures afin que le réflexe d'attachement puisse se mettre en place

- laisser le bébé ramper jusqu'au sein de la mère de manière à ce que les réflexes de succion, points cardinaux, galant, plantaire, babkinski (etc...) puissent s'activer pleinement

- si cela est possible prévoir l'accouchement dans une baignoire afin que cela soulage la maman et que l'enfant puisse arriver tout en douceur dans ce monde.


Les impacts des forceps, ventouses et césarienne


Dans le cas où il n'est pas possible de vivre une naissance naturelle, l'utilisation de forceps ou de ventouse peut dans certaines conditions avoir différentes impacts sur le développement de l'enfant :

- difficultés attentionnelles

- sensation de labeur dans les tâches à mener

- difficultés à s'exprimer

- sensation de manque d'intégrité


Lors de naissance par césarienne, les réflexes ne peuvent pas s'activer pleinement car ceux-ci ne se déclenchent qu'avec le support des contractions lors de la descente dans le canal utérin. La perception de la naissance par l'enfant est essentielle car il peut avoir vécu les choses de bien des manières différentes.

Si l'enfant était en détresse foetale, il est possible qu'il ait perçu cet acte comme quelque chose de salvateur. Si au contraire la césarienne a été faite dans un objectif de confort, il est possible qu'il interprète cela comme une atteinte à son intimité.

Précisons aussi que la césarienne impacte la conscience proprioceptive. L'enfant aura peut être en grandissant des difficultés à percevoir ses limites et celles des autres.




L'ALLAITEMENT


L'allaitement maternel est recommandé car parfaitement adapté au développement du bébé. Il est important durant cette période que l'alimentation de la maman soit équilibrée, car lé bébé en bénéficiera directement. Si la maman ne souhaite pas allaiter, ou si elle ne peut pas, il est conseillé d'alterner le biberon (bras gauche/bras droit) de manière à ce que la latéralisation de l'enfant puisse se faire.




LES PREMIERS MOIS DE VIE


le rassurer, le consoler, lui apprendre la sécurité intérieure


Il est primordial que l'enfant soit au contact des parents ou d'adultes - bienveillants - le plus souvent possible et surtout qu'il soit pris dans les bras et rassuré lorsqu'il pleure. Il est fortement conseillé également de faire du cododo avec lui afin d'instaurer des bases solides de sécurité intérieure. En effet tout ce qu'il pourra recevoir de cette nature lors des 1ers mois de vie constituera les bases de sa sécurité intrinsèque et donc de la confiance qu'il aura en lui même et envers les autres. L'enfant modélise sa propre sécurité intérieure au contact des autres.


lui laisser suffisamment de temps de motricité


Il est important également que l'enfant soit régulièrement mis au sol (sous surveillance) sur le ventre (la durée varie en fonction de l'âge) afin qu'il puisse développer sa motricité et notamment le maintient du port de sa tête grâce au support de différents réflexes (RTL, Landau etc...).

Toute la motricité qu'il développera petit sera autant d'autoroutes neuronales qui l'amèneront à controlatéraliser ses hémisphères notamment grâce au ramper et au 4 pattes. Si l'enfant sait bien fonctionner en "X" alors cela posera de très bonnes bases pour les apprentissages de type lecture, écriture etc...


Tout ce qui peut empêcher les mouvements naturels de l'enfant est à limiter dans le temps (matériel de puériculture type youppala, trotteur, cosy) voire à supprimer totalement. Rien ne vaut les bonnes couvertures de nos grand mères sur le sol. Enfin ne favorisez pas la marche avant l'heure. L'enfant a besoin de faire maturer différents systèmes avant de passer à l'étape du debout, il saura mieux que "nous" à quel moment il aura toutes les ressources nécessaires pour se lancer.


Le bercer, le masser, lui parler, interagir avec amour avec lui


Passez du temps à bercer votre enfant car cela va participer à le rassurer mais également à intégrer ses réflexes archaïques et maturer son système vestibulaire. Massez le régulièrement car cela développera son sens tactile et proprioceptif. Parlez lui avec amour et bienveillance, cela participera à développer différentes parties du cerveau (l'insula - zone de l'empathie-, cortex préfrontal etc...) et en diminuer d'autres (amygdale cérébrale par ex - centre de la peur -). Toute l'interaction que vous aurez avec lui favorisera également la neurogénèse, et la future base lexicale de son vocabulaire (oui le bébé commence à apprendre à parler dès les 1ers instants ! :)).


Vous avez aimé cet article ?

Likez le ici bas et partagez le ! :)


credit photo Freepik


23 vues0 commentaire