• Myriam Perrozet

Les 1ers signes de dyslexie chez l'enfant

Les 1ers signes apparaissent généralement lors de la scolarisation vers le CP. Les difficultés peuvent être d'ordre auditive, visuelle, temporo-spatiale et de conscience phonologique.


La latéralité n'est souvent pas intégrée chez l'enfant et le système nerveux est en voie de développement. C'est lorsque le corps de l'enfant est bien préparé que les apprentissages scolaires peuvent prendre toute leur place.


Il est donc nécessaire que ses réflexes archaïques soient intégrés* et que ses fonctions exécutives (inhibition, mémoire de travail et flexibilité cognitive) soient matures. Il est important aussi de garder en tête que chaque enfant a son propre rythme d'apprentissage.


Les 1ers signes qui peuvent nous alerter :

* percevoir la différence entre les sons p-b, t-d, k-g, f-v, s-z, ch-j, m-n, r-l

* différencier les formes proches : f-t, n-r, m-n, p-q, b-d

* retenir la forme ou l'ordre des lettres

* retenir certains sons à l'intérieur d'un mot

* repérer un mot ou une phrase

* écrire un mot sous la dictée

* se situer dans le temps et l'espace

* distinguer sa droite et sa gauche

* se situer dans le temps social (matin, soir, après midi, après demain...)

* choisir son côté dominant : droite, gauche


L'enfant peut aussi :

* inverser les mots, les lettres ou les séquences de lettres (por->pro / dur-dru)

* employer le mot "truc" ou des phrases simplifiées, raccourcies

* mettre du temps à s'habiller, être maladroit, avoir des difficultés avec la motricité fine (dessiner, enfiler des perles, faire ses lacets) et globale (courir, marcher, sauter)

* avoir des difficultés de concentration



* réflexes archaïques : ce sont des mouvements involontaires et incontrôlés (que l'on teste à la naissance pour certains d'entre eux) qui se déclenchent suite à un stimulus d'ordre sensoriel. Ces réflexes sont là pour protéger l'enfant, et sont amenés à s'intégrer (ne plus être visible) lorsque celui-ci va grandir. L'enfant va en effet prendre de l'autonomie dans ses gestes et ajuster sa réponse motrice, émotionnelle et cognitive afin que celle-ci soit adaptée à la situation vécue.


source : editions Aedis

Le cerveau de l'enfant