top of page
  • Photo du rédacteurMyriam Perrozet

Le trotteur peut-il impacter la marche et l'équilibre de l'enfant ?

L'utilisation du trotteur peut avoir un impact sur le développement moteur de l'enfant, mais également sur sa sphère émotionnelle et cognitive. Regardons déjà l'aspect moteur.


L'enfant a besoin, comme tous les êtres humains de ce monde, de passer par certains mouvements stéréotypés (que nous appelons "réflexes archaïques") pour développer son futur équilibre physique qui lui même a une incidence sur d'autres sphères comme la dimension émotionnelle, cognitive, sociale etc... En effet plus nous sommes en équilibre physique plus les autres sphères s'équilibrent !


Le petit va donc faire une séries de mouvements involontaires qui vont l'amener au rampé, au quatre pattes, puis en station debout, ce qui va avoir une incidence positive sur le développement de son système nerveux et sur la bonne croissance de ses hémisphères cérébraux.





Le trotteur peut donc empêcher ces phases de mouvements, mais il peut avoir également d'autres incidences :


1. Retard du développement moteur : les enfants qui passent beaucoup de temps dans un trotteur peuvent être privés de l'opportunité d'explorer leur environnement en se déplaçant de manière autonome, ce qui peut entraver le développement des compétences motrices essentielles, mais également visuelles, tactiles et proprioceptives. Ils peuvent s'appuyer sur le trotteur pour la mobilité sans apprendre à ramper, à se tenir debout ou à marcher de manière naturelle.


2. Problèmes de posture : l'utilisation du trotteur peut entraîner une mauvaise posture, car l'enfant est maintenu en position verticale sans avoir acquis la force et l'équilibre nécessaires pour maintenir sa propre posture. Cela peut affecter le développement de la musculature du tronc, de la colonne vertébrale et des membres inférieurs.


3. Développement de la sphère visuelle et coordination oeil main : certains mouvements de réflexes archaiques vont permettre à l'enfant de développer la dimension visuelle (quand par exemple il rebondit sur les talons ou encore quand il fait le rampé ou le 4 pattes). Il acquiert ici des compétences permettant la focalisation, la divergence, la dimension visuelle proche/loin, et également la coordination oeil/main qui permettra ensuite de lire et d'écrire correctement.


Un enfant qui est passé par toutes les phases de mouvements prévus a davantage de chance d'avoir un bon équilibre, une bonne coordination et ceci aura ensuite un impact sur sa dimension émotionnelle et posera les fondations des futurs apprentissages scolaires !


Cet article vous a plu ? Likez ! Partagez !!! :)



lecerveaudelenfant.com



57 vues0 commentaire
bottom of page