top of page
  • Photo du rédacteurMyriam Perrozet

Le réflexe d'agrippement plantaire peut il impacter les apprentissages ?

Le réflexe d'agrippement plantaire, également connu sous le nom de réflexe de préhension plantaire, est un réflexe présent chez les nourrissons. Il se manifeste lorsqu'une pression est exercée sur la plante du pied du nourrisson. Celle-ci entraîne une contraction automatique des orteils et une tentative de saisie de l'objet ou de la surface qui exerce la pression.

Ce réflexe est un vestige primitif qui est généralement observé chez les nouveau-nés jusqu'à environ 9 mois après la naissance. Il est considéré comme un réflexe protecteur et adaptatif, car il permet au nourrisson de saisir ou de s'accrocher à des surfaces pour maintenir son équilibre et sa stabilité.

Lorsque la plante du pied du nourrisson est stimulée, les orteils se fléchissent vers le bas et s'enroulent autour de l'objet ou de la surface. Ce réflexe est souvent accompagné d'autres réactions, telles que la flexion des membres inférieurs et le rapprochement des jambes.

Au fur et à mesure que le système nerveux central du nourrisson se développe, ce réflexe s'estompe progressivement pour laisser place à des mouvements volontaires et contrôlés (on dit alors que le réflexe est intégré). La disparition du réflexe d'agrippement plantaire est un signe de développement neurologique normal chez le nourrisson.




Lorsque ce réflexe n’est pas totalement intégré (c’est à dire persistant) ceci peut-il avoir des conséquences sur le développement de l’enfant ? La présence persistante du réflexe d'agrippement plantaire au-delà de l'âge attendu peut en effet avoir des influences sur les comportements de l'enfant, bien que cela puisse varier d'un individu à l'autre. Voici quelques impacts potentiels :


1. Difficultés de développement moteur : lorsque le réflexe d'agrippement plantaire persiste, il peut interférer avec le développement moteur de l'enfant. Cela peut rendre les mouvements des jambes et des pieds plus rigides, affectant ainsi l'apprentissage de la marche, de l'équilibre et de la coordination.

2. Troubles de l'équilibre : Le réflexe d'agrippement plantaire persistant peut contribuer à des difficultés d'équilibre chez l'enfant, ce qui peut rendre certaines activités physiques plus compliquées. Cela peut également affecter la posture et la stabilité lors de la réalisation de tâches quotidiennes.

3. Retard dans les activités motrices globales : Si le développement moteur de l'enfant est affecté par la persistance du réflexe d'agrippement plantaire, cela peut entraîner des retards dans l'acquisition de certaines compétences motrices globales, telles que sauter, courir, grimper ou lancer.


Il est important de noter que l'influence du réflexe d'agrippement plantaire persistant sur les comportements de l'enfant peut être complexe et dépend de nombreux autres facteurs.

Ce réflexe peut il avoir un impact sur les apprentissages s’il n’est pas intégré ?


- Lenteur dans les tâches à mener - « Dans la lune », manque d’ancrage dans le présent - A du mal à passer d’une tâche à une autre facilement (s’agrippe) - Manque de confiance - Anxiété lors d’un nouvel apprentissage : « a du mal à se lancer dans la tâche/l’exercice ». - Difficulté d’élocution - A du mal à prendre sa place au sein de la classe ou avec les autres



Comment tester le réflexe ?

Le réflexe d'agrippement plantaire peut être testé assez simplement en appliquant une légère pression sur la plante du pied de l’enfant.


Voici les étapes pour effectuer le test :

1. Assurez-vous que l’enfant est dans une position confortable, allongé sur le dos ou semi-allongé. 2. Tenez le pied de l’enfant avec une main, en le soutenant doucement. 3. Utilisez votre index de manière horizontale, ou votre pouce pour appliquer une légère pression sur la zone de la plante du pied, juste en dessous des orteils. 4. Observez attentivement la réaction de l’enfant. 5. Si vous voyez le pied se figer, s'il agrippe, si la jambe se plie (comme pour se retirer de la zone stimulée), si des tensions apparaissent, si l’autre pied ou l’autre jambe bouge, (…) alors ceci indique que le réflexe est potentiellement actif : il n’a pas passé la phase d’intégration* 6. Répétez le test sur l'autre pied du nourrisson pour évaluer les deux côtés.

Si au contraire le pied est laxe ceci indique que le réflexe n’a pas suffisamment émergé (réflexe hypo) et qu’il n’a pas encore les moyens d’être intégré. *La phase d’intégration d’un réflexe arrive juste apres la période d’activation de celui ci. Le réflexe va effectivement s’activer durant une certaine durée (quelques semaines / mois) par des mouvements involontaires au niveau de la zone concernée par le réflexe, et une fois cette étape passée, le réflexe « s’endort » (s'intègre) dans une zone du système nerveux pour ne se réveiller que dans les conditions adéquates qui nécessitent son déclenchement (danger, bruit fort soudain, survie, choc…)

Comment intégrer ce réflexe ?

Pour intégrer ce réflexe vous pouvez faire appel à différents professionnels spécialisés dans l’Intégration des Réflexes Archaiques. Pour une prise de rendez-vous cliquez ici : https://www.myriam-perrozet.com/réflexes-archaïques Vous avez aimé cet article ? Likez le ! Partagez le !

293 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page